Ma recherche d’emploi aux Etats-Unis

Hey! Je n’ai pas fait de mise à jour depuis un mois car juste après mon dernier post, j’ai commencé à travailler ! Il y a eu un petit moment d’adaptation, et beaucoup de fatigue. Ici un temps plein est 40 heures par semaine, mais avec la circulation de Jacksonville aux heures de bureau, je dois compter une heure en plus chaque matin et chaque soir, même si j’habite normalement à 20 minutes de mon lieu de travail. Je suis donc « occupée » de 6h à 18h du lundi au vendredi, et si je veux avoir une nuit correcte, ça me laisse environ 3-4 heures de libre chaque soir, ce qui m’oblige à réduire mes autres activités. Etant donné que je me lève aussi aux aurores le dimanche matin pour passer la journée avec mon mari, je n’ai vraiment qu’un seul jour par semaine pour TOUT faire et recharger mes batteries. Ajoutez le décalage horaire et je n’arrive même plus à être en contact avec ma famille.

Après avoir lu quelques blogs d’expats sur le format de CV américain, et demandé des précisions à mes amis US, j’ai adapté le mien et j’ai commencé à postuler à des offres.
Et j’ai détesté.

Déjà, personne n’aime ça, et encore moins moi, parce que me vendre est vraiment pas mon point fort. Mais alors ici tout se fait en ligne. Il ne faut pas se présenter, pas téléphoner, rien envoyer, il faut tout faire sur des sites internet. On se retrouve à s’inscrire à 50 sites différents… et à passer en moyenne 2 ou 3 heures à remplir des formulaires et autres tests pour chaque annonce. Quand on est pas américain, c’est la catastrophe car on ne rentre pas les cases et on se retrouve à envoyer des trucs à moitié vides et à bien perdre son temps. Avez-vous reçu des prix au lycée ? Bah non parce que chez nous, à moins d’être délégué de classe, on a pas de nominations particulières, on est jamais élu roi de sa promo et encore moins « avenir le plus prometteur » ou « le plus beau de la classe » (et je vous jure c’est un vrai truc ici ! Mon mari a été élu « le plus beau » plusieurs années d’affilées, résultat il s’est jamais dit à l’époque qu’utiliser son cerveau ça pourrait être pas mal aussi, mais c’est un autre débat). Donc bref socialement, ces formulaires vous mettent dans la case « inapte » et vos chances sont sans doute plus très grandes déjà. Mais quand vous ne pouvez pas rentrer vos diplômes car ils ne reconnaissent pas vos écoles, quand vous ne pouvez pas donner le numéro de téléphone de vos références parce qu’ils ne sont pas au format US… c’est un peu cause perdue.
J’ai aussi eu le coup où vous devez appeler un numéro pour répondre aux questions d’une machine.
Et sans surprise, j’ai jamais eu de réponse (même pour dire non) de personne.

Vu que j’ai une grosse anxiété sociale, je n’ai pas réussi à me rendre à une « foire au/de travail », où vous devez passer de stand à stand en tentant de vous vendre aux milieux de vos concurrents. Rien que d’y penser, j’en étais malade. Après l’avoir rapidement envisagé, j’ai lu comment les choses se déroulaient, et même après avoir décidé que ce n’était pas pour moi, j’ai fait une grosse crise de panique, je me disais que si c’est comme ça que les choses se passent ici, ça ne marcherait juste pas du tout pour moi.

A la place, j’ai décidé de me rendre dans l’équivalent d’une agence d’intérim (mais qui font plus des « moyens » contrats), en espérant pouvoir discuter face à face avec un humain qui pourrait m’orienter sur certains jobs en fonction de mon CV – parce que franchement la moitié des titres des annonces, je ne suis même pas sûre de ce qu’ils cherchent. Malheureusement, arrivé sur place, on m’a mise devant un ordi pour remplir encore un de ces foutus formulaires ! Du coup j’ai expliqué à la réceptionniste que la moitié de mes infos ne passent pas, elle m’a aidé à contourner 2-3 trucs et « c’est pas grave » pour le reste. A ce point, j’étais complètement découragée donc peu importe… Quand elle a décidé de prendre mon CV (enfin quelqu’un allait voir ce CV que j’avais bossé plusieurs jours !) et est partie avec le tout voir un agent au fond de la salle. Elle est revenue vers moi et m’a demandé si j’avais 5 minutes pour discuter (oui !), et paf on m’a proposé une place de prof remplaçant ! Il y avait tout un processus pour passer la vérification du casier judiciaire et Cie, donc j’ai remplis tous les papiers et j’ai attendu qu’on me donne rendez-vous pour prendre mes empreintes.

C’était un vendredi matin, j’ai passé un week-end plus détendu et le lundi matin, quelqu’un d’autre m’a appelé (quelqu’un à qui une amie de la famille avait directement donné mon CV) pour un court entretien le lendemain. C’était aussi un travail temporaire mais quand j’ai demandé pour combien de temps, on m’a répondu « jusqu’à ce que ça devienne permanent ». On m’a quasiment donné le boulot directement si je le voulais, mais je devais encore passer le background check approfondi, vu que c’est un job avec accès à des infos sécurisées. D’ailleurs, quand on a pris mes empreintes, on a aussi pris ma photo pour mon badge à venir. En général, les résultats arrivent en un jour ou deux, j’ai aussi du y retourner pour signer d’autres papiers et tout semblait bon, mais l’ouragan Irma s’en est mêlé et ça a tout repoussé.

Le premier entretien était le 30 août (soit un mois après mon arrivée, pas si mal !), le background check le 31… et j’ai seulement commencé à travailler le 6 octobre ! Dans cette agence, on commencer par 4 jours de formation/orientation, où tous les responsables viennent se présenter, où on passe plein de tests sur ordi… C’était hyper fatiguant sur la fin pour mon cerveau, pour qui tous ces QCM avec légères nuances dans les réponses devenaient de plus en plus compliqués. C’était sympa car on avait le temps de faire connaissance avec des futurs collègues… sauf qu’en fait on allait tous bosser dans des endroits différents donc pas forcément se revoir. Et surtout tous les services sont passés sauf celui pour lequel j’allais travailler, donc à la fin de ces 4 jours j’en savais plus sur un peu tout, sauf sur ce que j’allais faire.
J’ai enchainé dès le lendemain à mon poste, où on m’a donné un gros classeur avec toutes les infos dont j’avais besoin. J’ai passé ma première journée à lire ce classeur, mais j’avais enfin toutes les réponses. Et j’ai enfin « vraiment » commencé le jour d’après.

Je suis contente car c’est un travail aux heures de bureau classique, 8h-17h du lundi au vendredi, j’ai tous mes week-ends et tous les jours fériés. Aucune friction avec mes visites et c’était bien entendu ma priorité (parce que je suis pas venue ici pour ne pas voir mon mari !).

J’ai choisi ce travail car il ne requiert pas de travail à la maison et il semble plus « longue durée » que celui via l’agence, même si ça reste incertain. C’est une bonne place et le genre de travail que je voudrais faire sur la durée, donc un bon point pour mon CV si jamais c’est de courte durée… et enfin une référence qui rentrera dans les cases !

Mon conseil, si vous avez du mal comme moi avec les candidatures en ligne – à la base je ne suis pas du tout contre, mais là c’était l’horreur, rendez vous dans une agence. Il faut trouver la possibilité de montrer son CV. Je n’ai eu aucune réponse à mes candidatures, et les deux fois où quelqu’un a lu mon CV, on m’a fait une offre ! Cela dépend peut-être du secteur dans lequel vous cherchez mais pour moi ça a fait une grosse différence. Et surtout je pense que c’est important de se faire des références sur place car les Américains ne jurent que par ça, deux références sont réclamées à peu près partout. Mes derniers employeurs français ont d’ailleurs du remplir des formulaires pour que j’ai le poste.

Je m’estime super chanceuse car cela fait tout juste 3 mois que je suis arrivée, je travaille déjà depuis un mois – et encore Irma est passée par là – et à un bon poste, je suis assez fière de moi 🙂

3 Replies to “Ma recherche d’emploi aux Etats-Unis”

  1. Félicitations a toi Sigrid. Et bonne chance pour le reste

  2. Felicitations.
    C’est agréable de lire un blog d’expat : je part au Canada pour octobre et je vivrais des aventures similaires… !

Laisser un commentaire